AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage




× Messages : 66
× Arrivé(e) le : 09/09/2015

× Localisation : Bloc A


More Wanna Know More
× Relations en bref:
× Disponibilité RP: Open

C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam] _
MessageSujet: C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam]   C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam] Icon_minitimeDim Oct 04, 2015 5:42 am

Il est très tôt, mais je suis déjà levé. L'habitude, sans doute. Il n'y a personne dans la rue. La forge est installée au bout d'un cul de sac. Les chevaux étaient déjà là, probablement qu'on a voulu les séparer des hommes pour ne pas trop les stresser. Mais ça ne peut que me plaire, parce que je suis tranquille, je n'ai pas beaucoup d'intéraction avec les gens comme ça. La ruelle donne de l'autre côté sur une petite place et au loin je vois quelques personnes passer. Les maisons autour de moi sont vides, mais je ne m'y suis pas installé, alors que j'aurai pu. Je préfère rester dans une petite stalle, juste à côté de celles des chevaux, ça me parait tellement plus rassurant. Etre tout seul dans une maison abandonnée, trop calme, beaucoup trop silencieuse, ça me terrifie encore plus. Je crois que j'ai besoin du bruit en fait. Et puis, il y fait meilleur. J'ai trouvé un vieux sac de couchage et emmitoufflé dans la paille, je passerais l'hiver.

Ce matin donc, il faut que je m'occupe d'un des chevaux. Lors de leur dernière sortie, le fer s'est détaché. C'est pas mon boulot qui a fait ça. Mais sur du macadam ou du béton, les fers ne résistent pas longtemps. Il suffit d'un choc un peu plus violent et paf, les clous lachent et le fer se barre. Et puis mettre des petits amortisseurs en caoutchou abimeraient leurs appuis. Donc ce n'est pas la solution. Je fais avec ce que j'ai et j'ai pas grand chose. Il vaut mieux reclouter un nouveau fer, ça ira mieux et le cheval ne boitera pas. C'est donc ma tache aujourd'hui. Il reste un petit stock de fer qu'on a réussi à dégotter dans l'ancien commissariat dans la ville, mais ça ne durera pas longtemps. Je me suis déjà penché sur la question de fabriquer des fers à partir d'autres morceaux fondus. Ce n'est pas ma spécialité, mais bon, je peux toujours tenter. Je baille un instant alors que j'attends que le fer devienne rouge dans la forge. J'ai mal dormi, encore une fois. J'ai repensé à notre sortie, Elizabeth et moi. On aurait vraiment pas dû, ça n'a fait que raviver d'anciens et douloureux souvenirs. Sans parler du fait que... Je soupire... Connor...


Je me secoue la tête. Il ne faut pas que je pense à ça alors que je manie du fer brûlant. Quand l'objet est prêt, je passe à l'enclume et pendant quelques longues secondes, tout ce qu'on entend, c'est le bruit régulier du TONG tactac, TONG tactac, TONG tactac. Il faut que de mémoire, je redonne la forme exacte du sabot du cheval, c'est du travail sur-mesure, le tout dans un laps de temps assez court, car le métal refroidit et il n'est plus possible de la travailler. Il faut également qu'il soit de la même épaisseur que sur l'autre sabot, afin que le cheval ne soit pas déséquilibré. Et ça aussi, c'est du travail de précision. Quelques minutes plus tard, il est à la bonne taille et je m'avance vers le cheval pour lui imprimer le fer sur la corne du sabot. Une épaisse fumée s'élève. Je ne laisse le fer encore chaud que deux ou trois secondes avant de vérifier que ça lui parfaitement puis plonge ledit fer dans un baquet d'eau. Une vapeur chaude en jaillit. C'est là que je vois quelqu'un s'approcher de la forge. Et ce quelqu'un je le reconnais. Et merde, il va encore me faire la morale sur le fait que je ne dois pas approcher Lizzy. Je soupire. Ici, c'est chez moi, je me sens plus fort, plus assuré, surtout quand je fais mon métier. Je retourne au cheval pour terminer mon travail. Coinçant le sabot entre mes cuisses, je replace le fer, désormais froid et sors des clous de la poche de mon tablier de cuir. Je ne redresse pas la tête, mais je sais que la personne est entrée et ne se trouve qu'à quelques mètres de là.

- Qu'est-ce que tu veux, Adam?

_________________
Will you forgive me?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




× Messages : 31
× Arrivé(e) le : 10/09/2015

× Localisation : Chicago City
× Métier : Chirurgien


C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam] _
MessageSujet: Re: C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam]   C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam] Icon_minitimeLun Oct 05, 2015 4:42 am

Cela faisait déjà plusieurs jours que je devais passer à la forgerie, mais je n’avais jusque-là jamais trouver le temps. Le temps commençait à changer et y avait pas mal de rhumes et quelques états grippaux à traiter. J’étais pourtant chirurgien mais quand on vit dans une communauté construit sur la survie, y a pas toujours des médecins traitant, alors on commence à faire les bases. Par contre ce qui m’effrayait c’était le stock des médicaments. J’avais beau l’utiliser que très rarement, laisser le corps gérer par lui-même la maladie… le stock malgré ça diminuait quand même. Surtout l’insuline… et pour les quelques personnes atteints de diabètes, c’était quelque chose d’indispensable. J’espère que lors de la prochaine recherche après des vivres on tombe sur une bonne surprise. Mais les chances sont vraiment minimes et ça fait longtemps qu’on n’a plus reçu un paquet volant du gouvernement… A croire qu’ils nous ont oubliés. Pourtant malgré cette inquiétude, j’étais quand même de bonne humeur. Et oui, ca m’arrive de connaitre une bonne journée.

Alors aujourd’hui était le jour pour aller à la forge. Par contre ma joie disparaissait bien vite en voyant la personne qui y travaillait. Je soupire intérieurement… mon beau-frère…. Rien à dire la famille on ne la choisit pas. Je n’avais plus vu ma sœur depuis la dernière fois que je lui avais annoncé qu’Hayden était au village. Elle était fort occupé et j’avais également été fort occupé. Je m’approche d’Hayden qui ne lève même pas son regard sur moi. Bah ca ne me surprend pas. Il a toujours été un malpoli de première ordre. Mais au moins il parlait. « Y a mes outils de travail qui ont besoin de quelques soins… » Je les déposes à terre. Hors de question que je lui demande de bien vouloir y jeter un coup d’œil. Je trouve que j’étais déjà assez gentil ainsi. Lizzy m’avait demandé de ne rien dire à Raven, et pour l’instant je n’avais rien dit. Mais j’espèrais bien que ce type reste loin d’elle. « T’as le temps là ? Car sans eux, j’aurais du mal à travailler. » Je vous jure que je fais de mon mieux pour rester poli et gentil. Et vraiment… C’est pas facile du tout. Je pense qu’au fond je ne l’ai jamais apprécié… et y a peu de chance que je puisse l’apprécier un jour.

_________________
I'm sorry for breaking all the promises that I wasn't around to keep
Filled with sorrow, filled with pain, Knowing that I am to blame for leaving your heart out in the rain

Please forgive me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




× Messages : 66
× Arrivé(e) le : 09/09/2015

× Localisation : Bloc A


More Wanna Know More
× Relations en bref:
× Disponibilité RP: Open

C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam] _
MessageSujet: Re: C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam]   C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam] Icon_minitimeMar Oct 06, 2015 4:42 am

L'ordre serait : mon père, Adam, mes compagnons de cellule, les forces armées et tout le reste du monde entier. C'est la liste, dans l'ordre, des personnes que je veux le moins voir sur cette Terre, en partant du plus haï. Mon père, c'est bon, ça, le problème a été réglé. Mais il reste encore Adam. J'aime pas Adam. Imbu de sa personne parce qu'il a réussi, parce qu'il a une vie normale, rangée, j'en sais rien moi. J'sais même pas ce qu'il fait dans la vie, mais en tout cas, il me semble le type a être flic ou avocat. Non, pas avocat, avec un caractère de m*rde comme le sien, ça m'étonnerait. Oh et puis, j'm'en fous, il fait ce qu'il veut après tout. Il est pas flic non plus, sinon, il aurait déjà sorti les menottes, ou m'aurait collé en prison, ou m'aurait expédié dieu seul sait où. En tout cas, il doit travailler derrière un bureau parce qu'il n'a pas la tronche à aller sur le terrain. Mais ça aussi, je chasse vite l'idée de ma tête, je ne dois pas penser à des choses mauvaises, car les animaux les ressentent et les chevaux s'agiteraient vite. Je me contente de demander ce qu'il fiche ici. Si c'est pour me redire de ne pas approcher sa soeur, j'ai bien compris le message, je ne suis pas con à ce point.

« Y a mes outils de travail qui ont besoin de quelques soins… »

Je fronce les sourcils et redresse suffisamment la tête pour le voir déposer des outils que je prends d'abord pour des outils d'horloger tellement ils sont fins et se choquent entre eux dans un bruit très délicat. J'abaisse de nouveau la tête pour m'occuper du clou que je suis en train d'enfoncer dans la corne du sabot et vérifie qu'il reste bien droit. Il me demande si j'ai le temps. Le petit démon sur mon épaule droite me dit de l'envoyer se faire foutre lui et ses jouets, mais l'ange sur l'épaule gauche m'oblige à penser que peut-être, les relations s'amélioreraient si je prenais au moins le temps de l'aider. Je soupire et je continue ce que je suis en train de faire sans lever la tête.

- Quand j'aurai fini de m'occuper de lui, oui.

Par "lui", je parle du cheval bien entendu. J'ai encore quelques clous à enfoncer. Et je me désintéresse quelques instants d'Adam pour terminer de poser le fer. Bah quoi? Pour moi, c'est pas l'humain qui est prioritaire. Ce ne sont peut-être que des animaux, mais sans les chevaux, on aurait quand même vachement plus de mal à ramener toutes les denrées qu'on trouve, alors il faut prendre soin de ce qu'on a. En une minute le fer est clouté et je me charge de couper les bouts de clous qui dépassent et les limer. Ca prendra le temps qu'il faut et s'il n'est pas content, il peut aller voir ailleurs. Mais je sais que je suis le seul à pouvoir manier le fer dans le coin et surement ses ustensiles de cuisine, de boucherie d'horloger. Je me redresse finalement et laisse tomber le sabot du cheval par terre. Bien, ça a l'air d'aller. Ca tiendra plusieurs jours, ça c'est certain, vu comment j'ai bien coincé les fers... Je détache l'animal et finalement, pose le regard sur Adam. Le petit démon imaginaire sur mon épaule se met à ricaner alors que l'ange me gronde, mais je cède d'une certaine manière à la tentation et tends la longe à mon... beau-frère (je sais pas ce qu'il a de beau *SBAFF*).

- Tu peux me le faire trotter pour voir si ça va?

C'est pas vraiment une question, c'est plutôt une sorte d'ordre. Quand je suis dans mon univers, je n'ai plus aucun problème de gestion d'angoisse. Je sais ce que je vaux et je sais ce que je veux. En plus, il n'y a personne d'autre. Juste lui et moi et ici, c'est chez moi. En plus, je ne déconne pas, y'a pas meilleur moyen pour voir si un cheval boite. Le faire trotter, c'est ce qu'il y a de mieux. Même avec quelques millimètres de différence sur un fer, le cheval changera son équilibre et sa démarche et je saurais s'il faut recommencer ou non. Il peut me regarder de son air teigneux, je hausse les épaules en ajoutant.

- Je ne peux pas le faire trotter et regarder en même temps.

En gros, t'as pas le choix, sinon je ne m'occupe pas de tes bidules en ferraille. Je suis très tenté de le faire tourner en bourrique, genre lui faire courir plusieurs tours avant de dire c'est bon, mais je crois que je vais rester réglo et lui faire faire juste quelques foulées, le temps de m'assurer que ça va, qu'il n'y a pas de problème. Et puis de toutes manières, maintenant qu'il a la longe entre les mains, je peux faire autre chose et ne changerais pas d'avis. Je ramasse ses outils et me rends vite compte que ce sont des trucs de docteur. Je comprends mieux l'air hautain qu'il se donne. Personne ne doit arriver à ses chevilles selon lui et d'après moi. En tout cas, je suis persuadé que c'est ce qu'il croit.

C'est un tout autre boulot, mais c'est dans mes compétences, autant que le travail de maréchal-ferrant c'est être devant un four, frapper presque comme un bourrin avec un marteau et planter des clous, autant celui-là, c'est du travail de précision. Je m'assois donc devant une petite meule de fortune. Ca ne sera pas évident avec ça, mais "à la guerre comme à la guerre". Je regarde Adam, voir s'il se plie ou non à ce que je lui ai demandé. De toutes manières, je ne commencerais pas tout de suite, rien que pour l'embêter un petit peu.

_________________
Will you forgive me?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




× Messages : 31
× Arrivé(e) le : 10/09/2015

× Localisation : Chicago City
× Métier : Chirurgien


C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam] _
MessageSujet: Re: C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam]   C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam] Icon_minitimeMar Oct 06, 2015 6:51 am

Il avait que très peu d’attention pour moi… Ce qui était tout à fait compréhensive… on était peut-etre de la famille… mais on ne pouvait pas dire qu’il y avait grand-chose qui nous liait. Quand il aura fini avec le cheval… Ouais… Bon je ne dis rien et commence à faire quelques pas dans la forge, je regarde, je m’ennuie. Et voilà que tout à coup il me donne… une corde ? J’arque un sourcil. Les explications suivaient pourtant…. Il se fichait de ma tête… C’était pas possible autrement. Venait-il vraiment de me demander de faire trotter ce cheval ? Attend il me prend pour qui là ? « Est-ce que j’ai l’air d’être un vétérinaire ? » Je ne m’y connais pas moi en chevaux ! C’est à peine que je connais la différence entre trotter et galoper. J’ai grandi à Belfast, puis à Londres, puis en Suisse pour finalement terminer à Chicago… je n’ai jamais été dans des manèges ou ce genre de choses. Ça n’a jamais été mon kiff les chevaux. « Et tu penses que je sais faire trotter un cheval ? » Oui oui je comprends bien qu’il devait examiner le cheval et qu’il ne pouvait pas faire deux trucs en même temps… mais il faisait comment si j’étais pas là ? Oui, quelque part il devait quand même se foutre de ma tête. Et je n’aimais pas ça.

Il avait beau avoir pris mes affaires, il attendait toujours que je prenne le cheval et le fasse trotter. Mais je fais ça comment hein ? Mon regard se tournait vers le cheval. Puis la corde. Ah non hors de question que je commence à me ridiculiser. Ce cheval n’allait jamais faire ce que je voulais. Je secoue la tête. « C’est bon non ? T’as fait ton point. Je suis nul avec les animaux contrairement à toi. On peut maintenant passer à mes affaires ? Et tu t’occuperas bien de lui tantôt. » Je n’avais pas envie de m’éterniser ici. Et je pense qu’il n’avait pas non plus l’envie de me voir trainer ici toute la journée… Et puis de toute manière je ne sais pas faire trotter ce cheval. Sais pas comment faire et je ne veux même pas prendre le risque. Qui sait ou cette bête va aller, si ca se fait ca va m’attaquer. Non non non. D’ailleurs je vais vite lui rendre cette fichu corde. Je ne veux pas être résponsable de cet animal.


_________________
I'm sorry for breaking all the promises that I wasn't around to keep
Filled with sorrow, filled with pain, Knowing that I am to blame for leaving your heart out in the rain

Please forgive me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




× Messages : 66
× Arrivé(e) le : 09/09/2015

× Localisation : Bloc A


More Wanna Know More
× Relations en bref:
× Disponibilité RP: Open

C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam] _
MessageSujet: Re: C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam]   C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam] Icon_minitimeMer Oct 07, 2015 6:21 am

« Est-ce que j’ai l’air d’être un vétérinaire ? »

Allez, Adam, tu peux bien faire ça pour ton beau-frère adoré? J'insiste parce que pour une des très rares fois et probablement la seule et unique fois, c'est moi qui suis en position de force. Et j'ai bien l'intention de lui en faire baver, vu comment il m'a traité dans ce bar. J'avoue que se servir d'un "oeil pour oeil, dent pour dent", c'est un peu gamin, voire très gamin en fait, mais j'avoue que c'est ma seule vengeance possible, alors je ne vais pas la laisser tomber. Je lui dis que je ne peux pas le faire, vu que je dois voir de loin. Je pense qu'il hésite, et qu'il parle pour lui-même avec sa dernière phrase, alors je ne cherche même pas à argumenter, ou à répondre. Je vais ramasser ses outils. C'est bien ce que je disais tout à l'heure, c'est des ustensils de boucherie. Boucherie humaine. Y'avait plusieurs cinglés à la prison qui m'avaient raconté comment avec un scalpel ils allongeaient les sourires de leurs victimes. Donc oui, je considère ça comme des outils de bouchers. Adam reste planté là, sans bouger, en train de se demander ce qu'il doit faire. Et beh, il est vraiment pas un adepte du monde des chevaux. A chacun son trip en tout cas, mais j'avoue que du coup, je me demande comment Lizzy a fini par épouser un type totalement différent de son monde familial. Mais là n'est pas la question, car il reprend la parole.

« C’est bon non ? T’as fait ton point. Je suis nul avec les animaux contrairement à toi. On peut maintenant passer à mes affaires ?  Et tu t’occuperas bien de lui tantôt. »

Pas question. Je dois terminer avec l'animal avant de passer à quelque chose d'autre. Ok, Hayden, soit pas méchant, parle-lui normalement. Respire un grand coup et réfléchis bien à ce que tu vas dire. Je nie du chef et je ne fais rien pour récupérer la corde...

- C'est pas compliqué, tu fais genre 30m en courant à côté de lui dans la rue et tu reviens, le cheval va suivre. J'peux pas ranger tant que c'est pas fini. Je sais qu'il n'a rien à foutre de moi ou de ce que je fais, mais je ne vais pas me laisser démonter. C'est une question d'équilibre, si c'est mal fait, le cheval se fera mal, il faut que je vérifie. Et je suis une tête de mûle, je ne bougerais pas tant qu'il n'aura pas fait trotter le cheval.

En plus, c'est vrai, j'ai pas envie que l'animal se fasse mal, on en a besoin, il n'a rien demandé, il faut qu'on en prenne soin. Finalement, quand Môssieur Adam daigne enfin faire bouger le cheval. J'étudie minutieusement les déplacements de l'animal. Je pourrais tourner le regard sur Adam qui court, mais c'est le cheval qui m'intéresse, pas de me foutre de la tronche du beau-frère. Quand il revient, je reprends la longe et flatte l'encolure de l'animal pour aller l'attacher dans sa stalle un peu plus loin. Y'a rien à dire, il était en parfait équilibre et ne boitait pas. Comme quoi, j'ai toujours le compas dans l'oeil. Pendant 15 ans, j'ai pas pu m'occuper de chevaux, mais l'expérience revient vite, c'est comme le vélo, on oublie jamais. Je m'installe à nouveau à la meule et observe chaque outil avec attention.

- Je suppose que tu veux que les scalpels coupent mieux... Tu veux qu'ils coupent bien ou tu veux qu'ils coupent très très très bien? Ouai, y'a une différence. Pour le reste par contre... Pour ceux-là... Je sais pas à quoi ça sert, alors va falloir que tu m'expliques ce que tu veux que j'en fasse.

_________________
Will you forgive me?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




× Messages : 31
× Arrivé(e) le : 10/09/2015

× Localisation : Chicago City
× Métier : Chirurgien


C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam] _
MessageSujet: Re: C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam]   C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam] Icon_minitimeSam Oct 24, 2015 10:58 pm

Faire trotter ce fichu cheval… J’avais pas vraiment le choix hein… Et j’étais sure que Cooper allait se foutre de ma troche. Et pouvais-je lui en vouloir ? Grr, voilà qu’il me disait que je devais vraiment le faire… Oui, bah j’avais compris merci. Je soupire intérieurement et commence donc à courir avec ce fichu cheval. Pour vu qu’Hayden ait raison et que ce machin veuille bien me suivre. Car personnellement je ne me sentais vraiment pas à l’aise à avoir ce truc derrière moi… Enfin à moitié à côté de moi… Non vraiment pas. Ca fut d’ailleurs tout un soulagement quand le cheval commençait à me suivre et que je pouvais très vite arrêter et me décharger de ce truc. Et une fois le cheval remit à sa place, il semblait enfin vouloir s’intéresser un peu à mon matériel. C’était à mon tour de le regarder avec un sourcil levé. « C’est pour ouvrir des gens… je préfère ne pas devoir trop pousser pour que ça coupe… » J’ouvris la bouche pour lui expliquer tous les utencils quand je retombais les pieds à terre. Ça ne sert à rien de lui expliquer tout ça. Un pas sure qu’il comprenne et deux suis quasi sure que cela ne l’intéresse pas. Alors je pris chaque objet entre mes mains, et lui expliquait ce que je voulais. Celui-là pointu, celui-ci lisse etc etc. Quand j’eus fait le tour de tous le matériel je levais enfin mon regard vers mon beau-frère. « Ca va te prendre combien de temps ? » Pas que j’avais beaucoup envie de trainer ici… Mais j’avais besoin de ce matériel et je préférais garder un œil sur eux, de nos jours c’était trop précieux.

Je tournais la tête vers l’endroit dans lequel je me trouvais. Ah il devait surement se sentir chez lui ici. Je ne comprenais pas trop pourquoi il restait. N’était-il pas mieux chez les autres, chez les tarrés ? Bon ce n’est pas le moment d’être désagréable… il avait mes affaires et j’avais besoin de lui… Ironie hein. « Je ne me souviens pas que tu faisais ca avant… » Note qu’au fond il n’avait jamais prêté beaucoup attention à ce type. Lizzy avait fait une énième bêtise et surement la plus grande de sa vie. Alors mise à part la sermonner là-dessus il ne s’était pas intéressé au métier d’Hayden. « Tu comptes vraiment rester, ici ? »  pour une fois, c’était une simple question sans aucune agressivité ou sous-entendu. Je voulais savoir, j’avais besoin de savoir ce qui se passait dans la tête de se type. Si il comptait rester, cela n’allait pas être facile pour Elizabeth… Le village est grand mais pas assez grand pour ne jamais se croiser. Y avait qu’à prendre leur rencontre comme exemple… Pure hazard… Et même aujourd’hui ce n’était pas fait expres… tôt ou tard cela allait arriver avec Elizabeth…

_________________
I'm sorry for breaking all the promises that I wasn't around to keep
Filled with sorrow, filled with pain, Knowing that I am to blame for leaving your heart out in the rain

Please forgive me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




× Messages : 66
× Arrivé(e) le : 09/09/2015

× Localisation : Bloc A


More Wanna Know More
× Relations en bref:
× Disponibilité RP: Open

C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam] _
MessageSujet: Re: C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam]   C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam] Icon_minitimeLun Oct 26, 2015 3:13 am

J'avoue que pendant une minute, j'aurai bien aimé lui dire de courir une nouvelle fois trente mètres, juste pour le faire chier et juste pour me foutre de sa tronche, mais je me retiens, Lizzy ne me le pardonnerait pas et... et j'ai passé l'envie de faire des conneries. Oui, la prison m'a bien refroidi... J'ai tenu bon quelques années et puis quand mon cerveau a enfin compris que j'en aurai pour toute la vie, j'ai juste abandonné. Oui, on peut dire ça comme ça, j'ai abandonné l'envie d'aller contre le flot des gens, je prends la vie telle qu'elle vient maintenant. Alors au lieu de regarder courir l'imbécile qui me sert de beau-frère, je ne m'intéresse qu'au cheval. Je ne suis pas un super expert, mais je sais discerner les boitements et là, y'en a pas. Donc c'est nickel. Comme quoi, j'ai encore le compas dans l'oeil. Donc quand Adam revient, je reprends la longe du cheval et m'en vais l'attacher dans son box sans émettre de commentaire. Le "merci" ne me vient pas non plus à l'esprit. J'ai peut-être abandonné de vouloir foutre un coup de poing dans le visage de tout le monde, mais la politesse n'est pas apparue...

A ses outils de torture maintenant. Je me place devant la meule. C'est une meule à l'ancienne. C'est mieux que rien en tout cas. Dans les boutiques d'orfèvres ou un truc comme ça, ils en ont des automatiques, pilotés par des robots ou un ordinateur, j'en sais rien, mais en tout cas, pesronne ne sait plus travailler à l'ancienne. Et j'étais bien content quand on m'a donné cette meule, ça veut dire qu'il n'y a que moi qui puisse m'en occuper. Pas que je veux la garder pour moi, mais ça veut dire qu'ils ont besoin de moi ici, s'ils veulent garder des outils en états de marche. J'ai un tout petit regain de fierté à ce moment-là, mais je me plonge rapidement dans ses ustensils. Allez, qu'on en finisse. Et surtout qu'Adam se barre de ma forge. C'est le plus important. Donc faut que ça coupe parfaitement bien, ok, ça c'est fastoche. Le reste, c'est pour... découper des gens. J'suis certain. D'ailleurs, il a des scalpels. En fait, ce type, c'est un thanatopracteur. Ouai, je le vois bien travailler dans une morgue, vu sa tête aimable... Nan, mais je déconne, je suppose qu'il est médecin... Pour lui répondre, je hausse les épaules.

- Trois ou quatre minutes par instruments, peut-être moins.

Oh t'inquiète pas cher beau-frère, mon non plus, j'ai pas envie de te voir trainer dans mes pattes très longtemps. Alors je m'attèle de ce pas avec les scalpels, c'est le plus facile, il suffit de bien suivre la courbe de la lame sans jamais trembler, sinon, l'épaisseur du fil serait différente. Il faut avoir la main pour que ça fonctionne, surtout avec un fil de lame aussi fin que ne le sont ceux des scalpels. J'en termine un et le tend à Adam, attendant de me dire si c'est ce qu'il veut ou s'il veut que ça coupe mieux encore. Je peux faire encore plus fin, mais là, va falloir me laisser plus de temps en tout cas. Puis quand je reprends le travail méticuleux, voilà qu'il se met à parler. Je l'entends, malgré le bruit assez désagréable de la meule. Je hausse les épaules.

- Faut bien évoluer...

Ouai, c'est certain que c'était pas ça que je faisais avant. J'suis forgeron, maréchal-ferrant, mais certainement pas horloger. Néanmoins, le travail de précision, je connais, c'est juste les ustensiles qui changent. Après tout, l'épaisseur des fers ne tient qu'aux coups de marteau et il faut savoir viser au millimètre, user de sa force avec une extrême délicatesse. Mais j'ai pas envie de dire ça à Adam. Parce que Adam, je l'aime pas. Parce que je suis persuadé qu'il n'en a absolument rien à faire de tout ça et parce que j'ai pas envie, tout simplement. Et puis alors que je termine un autre scalpel, voilà qu'il me pose une nouvelle question. Je lève la tête et fronce les sourcils. C'est pas sa question qui m'a dérangé, c'est le ton qu'il a employé. Après l'agressivité, voilà qu'il essaie de m'avoir en jouant la passivité? J'aime pas trop ça, mais comme j'ai rien à lui reprocher sur sa question, je me dois de lui répondre, moi aussi en étant le plus passif possible.

- Oui. Pendant quelques secondes je l'observe. La dernière fois dans le bar, il m'avait "ordonné" de ne pas m'approcher de Lizzy. Et je comptais bien obéir, là n'est pas la question, mais le problème, c'est que malgré tout, nous nous étions retrouvé. Pis encore, nous avions diné ensemble, mais ça, vaut mieux pas qu'il le sache. Après une petite hésitation, je finis par ouvrir à nouveau la bouche, toujours en étant le plus calme possible. Cherche pas, Adam... Lizzy et moi, nous nous sommes croisés, il y a quelques jours.
Je prends un autre instrument de torture, c'est celui qu'il faut rendre plus pointu. On a fait bien plus que de se croiser, on a parlé aussi... Et maintenant, je sais... Je sais qui est le père de Connor, mais je préfère ne rien dire à Adam, parce que si quelqu'un devait lui dire que je sais, ça devrait être Elizabeth. Je sais que tu ne veux pas que je traine autours de Lizzy, mais il fallait bien que j'aille chercher des provisions... Et non, j'ai pas dans l'idée de partir du Village.

_________________
Will you forgive me?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




× Messages : 31
× Arrivé(e) le : 10/09/2015

× Localisation : Chicago City
× Métier : Chirurgien


C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam] _
MessageSujet: Re: C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam]   C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam] Icon_minitimeMer Oct 28, 2015 9:16 am

« Tu… Tu as… Tu as vu Elizabeth. » J’avais pris la peine de prononcer bien chaque lettre et d’accentuer bien le nom d’Elizabeth. Je commençais doucement à sentir la colère bouillir dans mon ventre. Je lui avais pourtant bien dit de ne pas s’approcher de ma sœur. C’était donc si difficile ? C’était pourtant pas grande chose à faire, non ? Surtout qu’il semblait vraiment vouloir rester dans ce village. Alors à quoi est-ce qu’il jouait ? Et pourquoi Elizabeth ne m’en avait pas parlé ! Bon sang, j’espérais qu’elle allait bien et Connor aussi. Je serais doucement les mains. « Des provisions ? C’est ca ton excuse ? Et en quoi est-ce que des provisions ont un quelconque lien avec Elizabeth. Elle ne travaille pas dans un magasin à ce que je sache ! » Bah fallait que je me calme. C’était pas bien de m’énerver. Et d’habitude j’arrive à garder mon sang froid… enfin quand j’ai pas bu hein… Mais quand il s’agit de ma femme ou de ma sœur, c’est des sujets délicats qui arrive à me toucher très vite. Je lui tourne le dos, essayer de garder mon calme. Mais là j’avais vraiment envie d’aller voir Raven et de tout lui dire. C’est vrai quoi… Qu’est-ce que j’avais à perdre ?

« T’aimes donc tellement faire souffrir les gens ? » Mon ton calme était revenu et je tournais mon regard vers lui. « Tu veux quoi réellement ? Vivre ta petite vie tranquille sans qu’on sache qui tu es ? Ou faire du mal à Elizabeth ? » Je connaissais suffisamment bien ma sœur pour savoir que la présence d’Hayden la perturbait. Et je pouvais comprendre … y avait Connor et puis… j’avais bien vu sa tête quand je lui ai annoncé le retour de son mari. « Pourquoi tu sais pas la laisser vivre en paix ? Elle mérite bien ca, non ? » Et je ne sais même pas pourquoi j’essaie de rentrer dans sa tête, c’est surement peine perdue.


_________________
I'm sorry for breaking all the promises that I wasn't around to keep
Filled with sorrow, filled with pain, Knowing that I am to blame for leaving your heart out in the rain

Please forgive me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




× Messages : 66
× Arrivé(e) le : 09/09/2015

× Localisation : Bloc A


More Wanna Know More
× Relations en bref:
× Disponibilité RP: Open

C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam] _
MessageSujet: Re: C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam]   C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam] Icon_minitimeJeu Oct 29, 2015 12:56 am

« Tu… Tu as… Tu as vu Elizabeth. »

Ouai, j'ai vu Elizabeth. J'ai fait même bien plus que la voir. J'lui ai même PARLE! Mais je garde mes sarcasmes pour moi. J'ai pas envie de jeter de l'huile sur le feu. Je sais qu'il me déteste d'être ici, que je fais du mal à ma femme, sa soeur, rien qu'en étant vivant et respirant le même air que le sien. Non, je ne dois pas attiser sa colère qui est déjà largement visible sur son visage. Et puis, ici, dans cette petite forge, je me sens bien, je ne fais chier personne, personne ne vient m'emmerder, mis à part quelques "commandes", comme par exemple les outils d'Adam. D'ailleurs, c'est pas parce que c'est lui, mais je m'applique sur ses outils. Je sais que ça va servir et même si j'aime pas Adam, si ça peut permettre de sauver des gens, alors je dois faire du bon boulot. Je suis de nouveau penché sur un ustensile quand il me hurle presque dessus. Les provisions? Bah oui, il fallait bien que j'aille quand même de temps en temps au coeur du village pour pouvoir aller chercher les provisions. Et vu que Lizzy était là-bas, forcément, ça n'a pas loupé, je l'ai croisé. J'ai voulu être honnête avec Adam, parce que c'est ce que je me suis promis de faire, être honnête avec tout le monde. Même si je ne leur dis pas que j'ai fais de la prison, que je devrais encore m'y trouver, je veux bien faire et aider au maximum.

- On s'est croisé... par hasard... C... Son... fils a failli tombé et je l'ai rattrapé au moment où je passais. Et c'est comme ça qu'on s'est croisé.

Ouai, j'ai pas dit Connor et j'ai pas dit "mon" fils parce que étrangement, je voulais taire cette révélation, laisser à Adam le fait de savoir qui était réellement Connor, comme si Lizzy ne me l'avait pas dit. Ca flaterait surement son égo de MÔssieur Jesaistout alors je me tais, même si d'un certain côté, ça me coute. Mais je n'oublie pas que j'ai promis à Lizzy de ne rien dire. Mais j'avoue qu'intérieurement, ça flatte MON égo, de savoir alors que lui non. C'est comme une petite revanche personnelle, mais mon visage reste inexpressif alors que je prononce ces mots. L'habitude de la prison, très certainement, en montrer le moins possible. Je reprends un nouvel outil et pendant quelques longues secondes, je me concentre dessus.

« T’aimes donc tellement faire souffrir les gens ? »

Je redresse le regard et fronce les sourcils. Non, j'aime pas faire souffrir les gens. Pourquoi il me dit ça? Qu'est-ce que je veux? Je ne comprends pas sa question. Vivre ma vie sans que personne ne sache? Mon visage se durcit. Qu'est-ce que... Faire du mal à Lizzy? Non! Jamais! Enfin, je veux dire que je ne veux plus lui faire du mal. J'en ai suffisamment fait comme ça! Adam retourne le couteau dans la plaie et cette dernière est à vif désormais. La laisser vivre en paix? Mais j'aimerais bien. Je ne veux que ce qui est bien pour elle! Je ferais n'importe quoi pour elle! Oui, elle mérite ça, je suis d'accord. Je me rends compte que j'ai pas bougé de mon siège. L'ancien Hayden, lui, aurait sauté sur Adam et aurait voulu l'étrangler ou le bastonner, j'en sais rien. Je reste parfaitement calme. Même si en mon fort intérieur, c'est le Chaos absolu, le bordel. Je pose délicatement le scalpel sur le plan de travail. Vaut mieux éviter les tentations. J'ai pas baissé les yeux par pure habitude carcérale, gardant à l'oeil cette personne qui vilipende sur moi.

- Adam... Je pense que Lizzy est assez grande pour décider elle-même. Que tu le veuilles ou non, nous sommes mariés et c'est à nous de régler le problème. Maintenant, si t'as pas envie de me voir, je ne te retiens pas et tu te démerdes tout seul avec tes outils. Mais ici, cet endroit, c'est chez moi et j'ai pas envie d'en partir. J'avoue que je m'épatte moi-même. J'ai pas bougé, j'ai pas haussé le ton, je suis resté parfaitement calme. A croire que cet endroit est un très bon relaxant. En plus c'est vrai. Je me sens tellement bien ici, que j'ai aucun problème pour trouver les bons mots. La présence des chevaux, un peu plus loin est un excellent calmant. J'ai payé ma dette envers la société. J'ai peut-être pas tout payé, mais je fais ce que je peux pour me rattraper. Il y a des gens qui ont besoin de moi ici. Alors tu me laisses tranquille avec le passé et puis c'est tout. Si t'es pas content, tu peux toujours aller voir ailleurs.

_________________
Will you forgive me?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




× Messages : 31
× Arrivé(e) le : 10/09/2015

× Localisation : Chicago City
× Métier : Chirurgien


C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam] _
MessageSujet: Re: C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam]   C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam] Icon_minitimeJeu Oct 29, 2015 4:32 am

Et en plus de ca il avait croisé Connor ! Manquerait plus que Connor se réalise de qui est réellement Hayden. Je commençais à mordre ma lèvre intérieure. Et pourquoi Elizabeth ne m’avait-elle rien dit ! C’était difficile à savoir si Hayden se fichait de ma tête ou si il disait vraiment la vérité et qu’il n’avait pas fait exprès de tomber sur eux. Mais je ne crois pas trop dans la coïncidence moi… Je croise les bras alors qu’il dépose mon scalpel. Lizzy assez grande ? Mariés ? Je secoue doucement la tête. Il avait raison… mais il avait aussi tords. « Pourtant je ne vois aucun de vous deux régler ce problème… Et quand on est mariés, on porte notre alliance. » Et un regard me suffit pour savoir qu’il ne porte pas la sienne… Et je savais qu’Elizabeth ne la portait pas non plus. C’est bien d’être mariés et de se cacher devant tout le monde… Ça doit quand même parler de soi de ce qu’on pense et ressent réellement non ? Oh tiens voilà qu’il commence à se rebeller… je me demandais quand il allait enfin l’ouvrir un peu plus. Même si il restait poli et que je m’étais attendu à autre chose. « Non je ne vais pas te mentir. Je ne t’apprécie pas. Je ne l’ai jamais fait. Mais tu travailles ici et j’ai besoin que mes outils soient comme neuf. Alors je n’ai pas le choix de venir te déranger dans tes occupations et de te demander ton aide. Crois-moi si j’avais trouvé une autre solution je l’aurais pris. » Oh que oui. Mais malheureusement il était le seul et fallait bien faire avec. Chacun son taff. Mais voilà ou la chose se complique. Si ce n’était que purement professionnelle, il n’y avait pas de soucis. Je pouvais très bien jouer cette carte-là et avoir une relation purement neutre avec lui, le stricte minimum. Mais il y avait Lizzy et ca ca me dérangeait beaucoup.

« Je n’aime pas te voir tourner autour d’Elizabeth. Elle n’a pas eu facile à démarrer une nouvelle vie. Elle n’a jamais eu le cran de demander le divorce… j’espère au moins que toi tu finiras pas prendre la meilleure décision pour elle, et non pour toi. » Bon je commençais à avoir marre de discuter avec lui. Lizzy est grande assez… Tu parles… Ça lui a fallu un mari en prison et un enfant dans le ventre pour avoir la force de retourner dans notre pays natale… et là encore elle n’a jamais eu le courage de demander le divorce. Bon je vais faire un tour dehors en attendant qu’il ait fini avec mes outils, car là j’avais un peu marre d’un homme qui ne voulait pas voir la vérité en face. Bon d’accord j’étais pas le meilleur en ce qui concerne les mariages. Le mien battait de l’aile aussi. Mais la différence entre lui et moi, était que je pourrais jamais laisser partir ma femme. Jamais, j’irais jusqu’au bout. Hayden par contre… Bah je ne sais pas ce qu’il veut et il ne le sait surement pas lui-même non plus. Mais qu’il la lache pour une fois…

_________________
I'm sorry for breaking all the promises that I wasn't around to keep
Filled with sorrow, filled with pain, Knowing that I am to blame for leaving your heart out in the rain

Please forgive me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




× Messages : 66
× Arrivé(e) le : 09/09/2015

× Localisation : Bloc A


More Wanna Know More
× Relations en bref:
× Disponibilité RP: Open

C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam] _
MessageSujet: Re: C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam]   C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam] Icon_minitimeMer Nov 04, 2015 10:36 pm

C'est un comble de savoir que l'anneau n'est même pas "obligatoire" dans une cérémonie de mariage. Mais ça, j'en sais rien, j'ai jamais aimé les bagues, c'est chiant pour bosser, surtout quand on travaille de ses mains. Pourtant, quand les portes de la prison se sont ouvertes, c'est la seule chose que j'ai voulu retrouver. Plus ou moins tous les détenus se sont jeté sur le bureau qui gardait nos effets personnels. Les gardiens étaient tous morts ou en tout cas, ils n'étaient pas là. J'ai retrouvé mon alliance, c'était la seule chose qui me rattachait à Lizzy alors qu'elle était dieu seul sait où. Je l'avais mis, au tout départ sur un lacet autour de mon cou et quand j'en ai eu l'occasion sur une petite bande de cuir. Elle est toujours autour de mon cou d'ailleurs. Et c'est presque à contre-coeur que j'arrête mon travail pour la sortir de dessous mon t-shirt et la montrer à Adam. Trois secondes et je la fourre à nouveau sous mes vêtements.

- J'ai pas voulu la mettre parce que des gens auraient posé des questions et j'ai jamais voulu compromettre Lizzy.

Je sais que Lizzy ne veut pas se faire passer pour une femme mariée, mais je ne sais pas ce qu'elle a fait de son alliance. Elle l'a surement retiré il y a 15 ans. L'anneau est peut-être déjà oublié, vendu, échangé, fondu... C'est ça qui fait mal, mais je ne dis rien. Moi non plus je n'aimerais pas être marié à un meurtrier... Adam justifie sa présence par un "j'avais pas le choix" mais avec d'autres mots, avec d'autres phrases. Oh, qu'il ne se fatigue pas, j'avais bien compris. Mais voilà qu'il réattaque le sujet d'Elizabeth. C'est vrai que j'ai jamais reçu de demande de divorce. Elle l'aurait vraiment voulu, elle ne se serait pas génée. Mais je connais suffisamment Lizzy pour savoir la raison du pourquoi elle ne l'avait jamais fait. De toutes manières dans la famille Hastings, ils ont été bien trop nourri à la fierté et aucun d'eux ne veut perdre la face devant le monde. Lizzy reste digne, mais Adam visiblement, c'est tourné vers la boisson. Bah, ça, c'est son problème, j'm'en fous. Même si je ne suis pas diplomate, en prison, j'ai appris quand il valait mieux se la fermer et je crois que c'est le bon moment. D'ailleurs, il est tellement énervé qu'il va faire un tour dehors. J'avoue que j'ai l'impression de mieux respirer. J'suis tout seul, pas d'abruti sur mon dos et j'ai du travail, même si le travail est pour l'abruti en question. Mais hors de question que je tombe dans son jeu. Je me concentre sur ses outils de tueur et affute le moindre de ses lames. Et je m'applique! Oui, messieurs, dames, je m'applique. Mais c'est pas pour Adam que je le fais, c'est pour ceux qui passeront sous ses instruments. Il faut pas moins de 15 minutes pour tout terminer et de vérifier mon travail. J'en suis très content. Je ne perds pas de temps et les remets dans le sac avec lequel il les a apportés. Puis je sors à mon tour et le tends à Adam, l'air froid et la voix plate.

- J'espère que ça te conviendra.

J'ai pas à être sympa avec lui, depuis tout à l'heure, il ne fait que m'insulter et me rabaisser, mais je ne dois pas entrer dans son jeu, alors je me contente du strict minimum niveau socialisation avec lui. Finalement, je tourne les talons et retourne dans la petite forge de fortune. Pas de "au revoir", pas de "adieu", parce qu'on le veuille ou non, on se recroisera. Et je n'ai pas à être poli avec lui non plus...

_________________
Will you forgive me?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




× Messages : 31
× Arrivé(e) le : 10/09/2015

× Localisation : Chicago City
× Métier : Chirurgien


C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam] _
MessageSujet: Re: C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam]   C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam] Icon_minitimeDim Nov 08, 2015 7:39 am

C’était pire que j’aurais pu imaginer… Il avait son alliance sur lui… il l’aimait toujours… ou disons qu’il la considérait toujours comme la sienne.. Dans les deux cas… Ce n’était pas une bonne chose. Et pendant un moment je ne sus pas quoi dire. Devais-je être heureux parce que le mari de ma sœur tenait encore à elle ? Mmm je suppose que dans des situations normales sans aucune complication j’aurais du l’être… Pas sure que cette situation-ci demande le même ton d’enthousiasme. D’ailleurs il avait réussi à me distraire. Pendant un court moment je ne pensais même plus à lui mettre un coup de poing dans le visage ni encore à le menacer… Bon ça ne durait pas très longtemps car le sujet de ma sœur reste un sujet sanglant. Et très vite j’ai besoin de prendre l’air. Une bouchée d’oxygène froid me faisait du bien. J’observais les gens passer alors qu’à l’intérieur ce très cher beau-frère devait encore être en train de travailler sur mes outils. Je soupire. Pourquoi la vie devait-il être toujours aussi compliqué ? Je repensais à ma propre femme et à l’enfant que j’avais perdu… Puis je pensais aux Hastings… Elizabeth… Connor… Mes parents…. Pourquoi la vie devait-elle toujours être aussi compliqué ? Je sors de mes pensées que quand Hayden revienne vers moi, me tendant mes outils. Je les vérifie un par un, avant de faire un léger hochement de la tête. Oui, cela me convenait. Il finit par me tourner le dos et par s’en aller. Je ne dis rien. Que dire ? Merci ? Au revoir ? A plus tard ? Nous n’étions pas des amis, nous n’étions que de la famille… Famille que je tentais d’oublier et de tirer un trait sur… Du moins sur lui.

Mais je m’étais pas bien comporté… Oh bien mieux que dans le bar… Mais moins que dans mon habitude. Maintenant je ne suis même pas sure de pouvoir bien me comporter dans la compagnie d’un tel homme… néanmoins… Je soupire et le rappel… oui oui… je sais… faut me donner des claques. « Hayden ! » J’attends qu’il se tourne vers moi. « Merci. » Bon ce n’était pas très fort et je n’allais pas me répéter donc j’espère qu’il n’ai pas les oreilles bouchés. Car tant pis pour lui.


_________________
I'm sorry for breaking all the promises that I wasn't around to keep
Filled with sorrow, filled with pain, Knowing that I am to blame for leaving your heart out in the rain

Please forgive me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé






C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam] _
MessageSujet: Re: C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam]   C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

C'est mon turf, ici. Reste pas là. [Adam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Space :: 
Chicago
 :: Bloc A :: La Forge
-